Tes péchés ont été pardonnés (Lc 7,48)

IVK6boEyjnbyx8HovdtDxRbLae0Voilà une (petite) phrase qui nous montre comment Jésus est lui-même dans sa propre personne, la miséricorde de Dieu à l’œuvre ! Rappelons-nous ceci : après le baptême de Jésus, une voix venant des cieux se fait entendre : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en lui j’ai mis TOUT mon amour » (Mt 3, 17). En d’autres termes, tout l’amour de Dieu est là ; ensuite cet amour se répand partout et pardonne tous les péchés du monde !

Souvent on appelle la confession le sacrement de la miséricorde… et comme par hasard le mot est là. Pendant des siècles on a appelé le sacrement de la confession « exomologèse ». Ce mot qui vient du grec je l’interprète ainsi : « Je sors de moi (ex) pour parler, pour dire (logèse) à Dieu, la même chose (omo) que ce qu’Il m’a dit. »

Quand c’est dans le cœur de Jésus où il y a tout l’amour de Dieu, et quand il rend tout cet amour à Dieu, il y a un « va et viens de l’amour », il n’y a pas de problème.

Et nous ?… Malheureusement il n’y a pas que de l’amour qui sort de nous. Comme Jésus, moi aussi, je sors de moi pour dire à Dieu, que je l’aime, mais que si je l’aimais vraiment je n’aurais pas fait ça, je n’aurais pas dit ça… C’est précisément le sens de la confession. En d’autres termes la confession est une parole d’amour. D’abord, il n’y a que les gens qui aiment Dieu qui vont se confesser, car ils sont malheureux d’avoir trahi cet amour. Ensuite, ils disent à Dieu : en fait je t’aime ! Mais si je t’aimais vraiment je n’aurais pas fait ça, je n’aurais pas dit ça… je n’aurais pas oublié ça ! Donc on confesse les péchés comme une parole d’amour !

Père Cezar Andrei