Homélie du 10 janvier 2016

                                                   Le baptême du Christ
                      Isaïe, 40,1 à 11 ; Ps 103 ; Tit 2,11-12 ; Luc 3, 15 – 22

On pourrait se demander, avec un peu d’humour, si Jésus n’a pas suivi un stage de communication. Cela vaut la peine en tout cas de prendre en considération sa façon de faire, pour que Dieu soit connu et identifié.
Et plus largement, on peut, on doit s’émerveiller sur les dix siècles pendant lesquels le peuple juif a été abreuvé de messages d’espoir, d’invitations à honorer Dieu, et à respecter les autres.
La première lecture de ce dimanche est un de ces nombreux messages ; il date de 500 ans avant Jésus-Christ, et s’adresse aux juifs croyants de l’Ancien Testament :
« Préparez le chemin…La gloire du Seigneur va se révéler…Ne craignez pas, car voici le Seigneur Dieu. Il sera comme un berger qui rassemble ses agneaux… »
…et pendant de nombreux siècles, les juifs prieront avec les psaumes comme celui qu’on vient de chanter : « Tous les croyants comptent sur Toi, Seigneur ; tous les croyants vont être comblés par le pain béni de Dieu ».
La stratégie de communication de Dieu met les auditeurs en attente ; elle fait désirer un futur. Dieu n’a pas promis, ni annoncé, de l’argent, ni du pouvoir aux croyants juifs : Dieu laisse la liberté d’accueillir ou de refuser son appel. Il exprime son désir de se rapprocher de son peuple, de se rapprocher de ceux qui le cherchent.


Et avec Jean-Baptiste et surtout Jésus, Dieu intervient très fort : on arrive à la deuxième étape, une communication concentrée dans le temps. En effet, en trois ans – de son baptême jusqu’à sa mort et résurrection à Jérusalem – Jésus met en œuvre un festival de communication dans le petit pays des juifs, ce que dit la 2° lecture : « Jésus s’est donné totalement pour nous purifier et faire de nous son peuple, un peuple ardent à faire le bien ». Une communication de Jésus réalisée sans user de la force des armes, mais en se donnant totalement, en invitant librement, sans réprimer ceux qui ne voulaient pas de Lui. Communication par la persuasion, l’invitation, la bonté, le don.
Et l’Evangile d’aujourd’hui manifeste précisément le début de cette étape « concentrée » de communication. L’évangéliste Luc donne le top-départ avec ces mots de notre évangile : « le peuple venu auprès de Jean-Baptiste est dans l’attente », et Jean-Baptiste annonce : « le voilà, l’envoyé de Dieu, c’est Jésus ».

En résumé, pour communiquer son intention,
* Dieu a eu besoin de témoins : des rois, des prophètes,…sur dix siècles
*Jésus a eu besoin de Jean-Baptiste, qui a rassemblé des hommes en recherche de sens pour leur vie.
* Dieu a besoin de nous aujourd’hui pour cette longue étape de communication, depuis 20 siècles ! Soyons des petits Jean-Baptiste qui cherchent à témoigner de la qualité de Dieu. Quelle immense responsabilité Dieu nous donne ! Ayons confiance ! Rendons grâce à Dieu !
                                                                                                    Père Christian Ponson